jeudi 25 mars 2010

Mazda MX-5 BVA


La Mazda MX-5 (appelée Miata en Amérique et Eunos Roadster ou Mazda Roadster au Japon) est une automobile de type roadster construite par le constructeur automobile Mazda à Hiroshima au Japon. Apparue en 1989, c'est la troisième génération qui est actuellement commercialisée.

De l'extérieur, rien ne distingue la version automatique d'une autre RC 2.0 : on retrouve ainsi la version facelift déjà essayée sur « 01men. » et qui rajeunit le look du MX-5. A noter que la boîte automatique n'est disponible que sur la finition Roadster Coupé à toit rigide rétractable, et associée au moteur 2.0 uniquement.

Comme sur la version à boîte mécanique, le MX-5 reçoit donc une nouvelle face avant plus agressive et quelques changements de détails. A l'intérieur, on remarque évidemment le levier spécifique de la boîte auto et sa grille de sélection. Des palettes font également leur apparition au volant, avec une ergonomie originale : de chaque côté du volant on trouve deux grandes palettes servant à monter les rapports et deux petites servant à les descendre.

Déroutant au début, ce système se révèle finalement agréable à utiliser, et conviendra aussi bien aux droitiers qu'aux gauchers. A noter également que le mode séquentiel est également accessible depuis le levier de sélection et ce avec une ergonomie naturelle : on tire le levier pour monter les rapports et on le pousse pour rétrograder. Bravo !

Caractéristiques

* Dotée d’un 4 cylindres de 1,6 l à 16 soupapes de 115 ch issu de la grande série (moteur de la Mazda 323), la Mazda MX-5 Mk1, sait tirer parti de ses 115 ch pour peu que l’on aille les chercher au-dessus de 4000 tr/min, du fait de son caractère assez pointu (71,9 ch/l, assez bonne puissance spécifique pour le début des années 1990, obtention de toute la puissance à 6500 tours/min). Son poids est relativement contenu, puisqu'il se situe aux environs de 955 kg.

* Mais c’est bel et bien son comportement irréprochable grâce à une répartition des masses idéale (50/50) qui a fait son succès. En effet, bien que modestement motorisée pour une sportive, on ne se lasse pas de son caractère vif et précis, et cette propulsion est capable d’en découdre avec des véhicules plus puissants sur parcours sinueux, gratifiant son conducteur de dérives du train arrière aisément contrôlables. Il reste encore du plaisir à conduire une telle voiture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire