mardi 3 août 2010

Nissan Juke

Avec son Qashqai, Nissan a réalisé l'un des plus beaux coups du marché automobile en pariant sur la réussite d'un engin s'inspirant des 4x4, alors en perte de vitesse, sans en présenter les inconvénients. Evitant soigneusement de parler de SUV, le constructeur préfère le terme de « crossover » sorte de fourre-tout marketing mêlant plusieurs concepts dans une même voiture. Trois ans plus tard, Nissan espère bien rééditer son succès avec le Juke. La recette ? Un look décalé, une position de conduite de SUV, le gabarit et la consommation d'une citadine.

Là où certains constructeurs se contentent d'offrir une belle bouille à leurs engins, Nissan préfère l'homogénéité et dresse une belle présentation à l'intérieur de son crossover. La console centrale en forme de réservoir de moto et le tableau de bord sont ainsi bien dessinés, même si la finition n'est pas irréprochable partout. On apprécie toutefois l'impression de modernité dégagée par cet habitacle, avec ses éléments en aluminium brossé, ses inserts vernis, ses sièges au bon maintien latéral et le système multimédia NDCS (Nissan Dynamic Control System). Pratique et esthétique, il concentre une multitude de fonctionnalités sur quelques boutons. Il permet notamment la gestion des réglages dynamiques du véhicule ou encore de la climatisation avec les mêmes commandes.

En revanche, l'espace à bord est assez décevant. Pour un crossover, on s'attendait à une meilleure modularité et à plus de place à l'arrière. Le coffre, quant à lui, fait assez bonne figure et offre un plancher plat quand la banquette est rabattue (251 l/ 830 l).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire